Se déplacer dans l'ERP neuf

Usages attendus :

Article 6 de l’arrêté du 20 avril 2017
Les personnes handicapées peuvent accéder à l'ensemble des locaux ouverts au public et en ressortir de manière autonome.

Les circulations intérieures horizontales sont accessibles et sans danger pour les personnes handicapées. Les principaux éléments structurants du cheminement sont repérables par les personnes ayant une déficience visuelle.

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 6 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les escaliers

Article 7-1 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les escaliers doivent pouvoir être utilisés en sécurité par les personnes handicapées y compris lorsqu’une aide appropriée est nécessaire. La sécurité des personnes est assurée par des aménagements ou équipements facilitant notamment le repérage des obstacles et l’équilibre tout au long de l’escalier.

Lorsque l’escalier n’est pas visible depuis l’entrée ou le hall du niveau principal d’accès au bâtiment, il y est repéré par une signalisation adaptée. Lorsqu’il existe plusieurs escaliers desservant de façon sélective les différents niveaux, cette signalisation aide l’usager à choisir le dispositif qui lui convient.

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 7-1 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les ascenseurs

Article 7-2 de l’arrêté du 20 avril 2017

Tous les ascenseurs peuvent être utilisés par les personnes handicapées : elles doivent pouvoir repérer et utiliser les commandes extérieures et intérieures à la cabine.

Dans les ascenseurs, des dispositifs permettent de prendre appui et de recevoir par des moyens adaptés les informations liées aux mouvements de la cabine, aux étages desservis et au système d'alarme.

Lorsque le bâtiment comporte un ascenseur, tous les étages comportant des locaux ouverts au public sont desservis.

Lorsque l’ascenseur n’est pas visible depuis l’entrée ou le hall du niveau principal d’accès au bâtiment, il y est repéré par une signalisation adaptée. Lorsqu’il existe plusieurs ascenseurs desservant de façon sélective les différents niveaux, cette signalisation aide l’usager à choisir le dispositif qui lui convient.

Le numéro ou la dénomination de chaque étage desservi par un ascenseur ou par un élévateur est installé sur chaque palier, à proximité immédiate de celui-ci, par une signalétique en relief visuellement contrastée par rapport à son environnement immédiat et fixée de telle sorte qu’une personne présentant une déficience visuelle puisse détecter sa signification par le toucher. 

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 7-2 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les tapis roulants, escaliers et plans inclinés mécaniques.

Article 8 de l’arrêté du 20 avril 2017

Lorsque le déplacement à l’intérieur de l’ERP se fait par un tapis roulant, un escalier mécanique ou un plan incliné mécanique, celui-ci peut être repéré, détecté et utilisé par des personnes ayant une déficience visuelle ou des difficultés à conserver leur équilibre.
Un tapis roulant, un escalier mécanique ou un plan incliné mécanique est doublé par un cheminement accessible non mobile ou par un ascenseur.

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 8 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les revêtements des sols, murs et plafonds.

Article 9 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les revêtements de sol et les équipements situés sur le sol des cheminements sont sûrs et permettent une circulation aisée des personnes handicapées.

Sous réserve de la prise en compte de contraintes particulières liées à l'hygiène ou à l'ambiance hygrométrique des locaux, les revêtements des sols, murs et plafonds ne créent pas de gêne visuelle ou sonore pour les personnes ayant une déficience sensorielle.

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 9 de l’arrêté du 20 avril 2017

Les portes, portiques et sas

Article 10 de l’arrêté du 20 avril 2017

Toutes les portes permettent le passage des personnes handicapées et peuvent être manœuvrées par des personnes ayant des capacités physiques réduites, y compris en cas de système d'ouverture complexe.

Les portes comportant une partie vitrée importante peuvent être repérées par les personnes malvoyantes de toutes tailles et ne pas créer de gêne visuelle.

Les portes battantes et les portes automatiques peuvent être utilisées sans danger par les personnes handicapées.

Les sas permettent le passage et la manœuvre des portes pour les personnes handicapées.

Toutefois, lorsqu'un dispositif rendu nécessaire du fait de contraintes liées notamment à la sécurité ou à la sûreté s'avère incompatible avec les contraintes liées à un handicap ou à l'utilisation d'une aide technique, notamment dans le cas de portes à tambour, tourniquets ou sas cylindriques, une porte adaptée est installée à proximité de ce dispositif.

Pour voir les caractéristiques minimales applicables, voir le II de l’article 10 de l’arrêté du 20 avril 2017